Éloge

Oui je la peindrai langoureuse madone
Dans une explosion de lumière
Les cheveux nimbés d’une pieuse couronne
En une riche féerie printanière

Je chanterai son esprit sémillant
Ses yeux sibyllins, sa grâce légère
Les gestes divins de ses merveilleux élans
Ivresse éthérée, danse éphémère

Oui je louerai cette étrange vision
Magie sensuelle d’une douce sylphide
Qui allait belle radieuse et candide

Inspirant mon étiolée création
Par son charme ailé et sa vive gaité
Que je n’oublierai en l’opaline clarté

La femme du petit train gris

Sur un quai de l’ennui
Celui du petit train gris
Un jeune homme à ses rêveries
Par une étoile fut surpris

Discrète dans la vaste nuit
Des visages asservis
Elle rayonnait sa douceur
D’un sourire enchanteur

Et dispensant sa tendre poésie
Elle éclairait de sa lueur
Son voisin au triste cœur
Se trouvant démuni

Troublé par son allure
Simple et réservée
Il admirait sa céleste nature
En ce lieu froid et usé

Dans la voiture vite arrivée
Le hasard le fit asseoir
Derrière sa chevelure soignée
Que le soleil invitait à percevoir

D’un nimbe subtil
De sa lumière dorée
Il ornait son corps humble et gracile
Le faisant chatoyer

Dans une étrange luminosité
Encensant ainsi sa grâce féminine
Il célébrait sa pureté
En une féerie citadine

Sous les yeux fascinés
De ce voyageur du soir
Ne sachant plus que croire
Égaré en une telle clarté

Serait-elle son égérie
Sa muse incarnée
Comme par magie
Un ami vint les rassembler

Alors il s’avança pour la saluer
Malgré son émoi intense
Ravi de pouvoir l’accompagner
Curieux de son essence

Elle lui répondit de sa gaité
Sans ombre ni défiance
Inspiratrice d’un long silence
De son regard enjoué

L’infinie joie d’être à ses côtés
Lui ôtait toute aisance
Il avait lu en sa beauté
Leur œuvre en puissance

Lumineuse

Sa céleste muse
Il aime sa peau
Il en fait un poème

Sa tendre égérie
Lui livre énergie
Pour l’art pacifique

Sa douce inspiratrice
Stimule force créatrice
Sylphide fécondatrice

Sacrée femme
Charme l’âme
Sa grâce enflamme

L’amour elle donne
Il le fredonne
Elle est plaisante
Il le chante

Les courbes de son corps
Sont le plus beau des décors
Et il voudrait avoir du génie
Pour louer bien son esprit

Délicate c’est elle
Qui donne des ailes
Et éclaire

Sans elle, plus d’aérien

Printanière

Son regard est merveilleux
Elle a des ailes dans les yeux

Elle a des dents blanches
Comme des pétales de cerisiers
Et son sourire déclenche
Des regards extasiés

Sa peau est pâle
Comme certaines roses
D’une clarté sidérale
Qui en impose

Elle a un joli minois
Qui vous met en émoi
Ses mains sont délicates et douces
À l’instar de sa frimousse

Inconsciemment l’on se penche
Pour apprécier ses douces hanches
Son allure est fine et fluette
Agréable est sa silhouette

Elle est si charmante
Qu’on la complimente
Elle se voit adulée
Pour ses longs cheveux noirs ondulés

Elle semble câline
Avec ses petites épaules opalines
Son charme vous transporte
Vous voudriez qu’elle vous réconforte

La chance d’une vie

Avoir conscience d’avoir de la chance
De serrer quelqu’un entre ses bras
Alors d’esquisser un pas de danse
Célébrant cette grande joie

Pouvoir se tenir la main
Avoir confiance dans le lendemain
Promesse d’une caresse
Œuvre de tendresse

Ce couple merveilleux
Qui se dévore doucement des yeux
Joue une douce chorégraphie
Où les regards virevoltent et rient

Leurs corps chantent à l’unisson
Le fait d’être au diapason
Et rayonnent de félicité
Les alentours alors irradiés

Oui ils ont de la veine
De partager cette étreinte
Sans aucune contrainte
Ni aucune haine

Bonne fortune
Que cette gentille embrassade
Au loin le maussade
Vive l’amour !

Ginger, égérie ?

J’aimerais m’élever amoureux sage
De cette douce femme avec qui je partage
La même éthique pacifique

Je suis épris de sa charmante image
Alors il me faut un certain courage
Pour lui faire part de mon projet féérique

Je suis entiché de son visage
Qui est un merveilleux paysage
Aux courbes magiques

Oui j’ai trouvé une muse à courtiser
Ma flamme est bel et bien attisée
Par sa magnifique beauté

Mais elle qui ressemble à un ange
Comment en faire la louange
Sans la déranger

Le mieux c’est de blaguer
La meilleure manière de draguer
Dont acte !

Héros et éros

Ses yeux joyeux sont semblables à des joyaux
Alors je m’abreuve à son regard lumineux
Où se reflètent certains de mes idéaux

Son visage a quelque chose de pieux
Et elle peut en effet remercier Dieu
Sa grâce est un extraordinaire cadeau

Ses fins traits sont en effet merveilleux
Et on devine son corps langoureux
Elle tutoie ainsi le beau

Pour elle on aimerait être un héros
Alors j’ai besoin d’un bon tuyau
Pour ne pas lui envoyer de vers mielleux

On aime tous les deux
Les adorables animaux
Alors ensemble on pourrait être heureux

Mais hélas elle pourrait me prendre de haut
Et considérer mes vers comme fallacieux
Pourtant mes sentiments sont amicaux

Plus précisément je suis amoureux
Aussi je pourrais me faire le héraut
De son éclat prodigieux

Coup de foudre

Alors que j’étais dans un arbre perché
Cueillant un peu de gui
J’observais une femme alanguie
Dont j’allais aussitôt m’enticher

Elle semblait tant souffrir
Par la vie déboussolée
Qu’on avait envie de la consoler
Et de lui offrir un sourire

Allongée sur le merveilleux gazon
Sa beauté oblitérait tout l’horizon
Alors je redescendais de l’arbre enchanté
Par sa joliesse déjà hanté

Comme si j’étais envoûté
Je cueillais quelques fleurs veloutées
Dont les fragrances pourraient la réconforter
Par leur incroyable pureté

Le bouquet tremblant dans mes mains
Mon cœur semblait avoir des ailes
Tandis que je m’approchais d’elle
Me sentant tout à coup surhumain

J’avais en effet l’impression d’être un lion
En train d’égayer un papillon
Lorsque je croisais son splendide regard
Qui allait alors illuminer mon art

Charmé par son corps superbe
Lové magnifiquement dans l’herbe
J’en mémorisais en effet le doux contour
Afin de le retranscrire dans un poème d’amour

Et de lui faire don de mon présent
Espérant qu’il soit à ses yeux suffisant
Pour qu’elle daigne me faire la causette
Et que je lui conte fleurette

Belle et gentille

À la vue de cette femme gentille
Mes yeux doucement scintillent
Et lorsque je m’avance vers elle
Mon cœur bat des ailes

À son approche je m’émerveille
C’est comme si un chaleureux soleil
Illuminait mon âme alors envoûtée
Par de tendres rayons veloutés

Pour elle on a envie d’écrire de jolis poèmes
Où virevoltent de nombreux « je t’aime »
Comme autant de papillons amoureux
Célébrant son corps tendre et radieux

Elle ressemble en effet à une déesse
Alors on pense à dispenser des caresses
Qui engendreraient des sourires
Qui la feraient frémir de plaisir

À son contact se dissipent les problèmes
Elle est tellement splendide
Qu’on ne connait plus de dilemme
On en oublie d’être timide

Alors moi qui suis désormais hanté
Je veux encenser sa beauté
Sachant qu’il n’y aura jamais assez de louanges
Pour bien glorifier la grâce d’un ange

Car en plus d’être mignonne
La bonté elle rayonne
Aussi je la considère comme ma reine
Elle qui sait dissiper toute peine

Grâce à ta grâce

Ton céleste amour
Tes éclats de rire
Voilà ce dont je vais me nourrir
Pendant le restant de mes jours

Qu’importe les aléas du futur
Muni de cette divine nourriture
Je suis prêt à affronter toutes les tempêtes
À traverser toutes les fêtes

Maintenant que tu m’as porté en estime
Tu fais partie intégrante de mes rimes
Et je ne saurais plus dire « je t’aime »
Sans penser à ta présence dans mes poèmes

Avec toi c’est l’été pour l’éternité
De l’hiver tu as su me guérir
Alors dans mes textes ton âme de fleurir
Dans toute sa complexité

J’irais jusqu’à écrire un roman
Dont tu serais la sage héroïne
Pour te montrer ô comment
Je loue ta joliesse opaline

Je ne rendrai jamais assez hommage à ta grâce
Et cela seul m’attriste et m’agace
Tu es la beauté et la bonté réunies
Et de ce merveilleux constat je suis muni

Te glorifier est la tâche de ma vie
Et trouver l’étincelle de ton splendide
Me rendra certainement moins candide
Mais de te découvrir j’aurais encore envie

Aussi j’immortaliserai ton existence
Dans une chanson intemporelle
Que les gens fredonneraient avec insistance
Lors de leurs actions culturelles

On réinventera l’amour

Viens vite me rejoindre ma chère et tendre
Je suis là tout près du soleil
Impatient dans le ciel vermeil
J’ai passé tellement de temps à t’attendre

Ensemble on réinventera l’amour
On illuminera les alentours
Rayonnant notre bonne humeur
Comme se diffuse le parfum des fleurs

Témoins de notre bonheur
Dans notre sillage scintillant
Des oiseaux voleront gazouillant
Des chants qui vanteront ta douceur

Et les arbres s’écarteront sur notre chemin
Formant une admirable haie d’honneur
À la gloire de ton adorable cœur
Qu’ils percevront comme hors du commun

Les papillons ne seront pas en reste
À célébrer ta beauté manifeste
Virevoltant autour de ton corps magnifique
Dans une danse colorée et féerique

Imitant ces habiles lépidoptères
J’écrirai alors des poèmes joyeux
Consacrant tes yeux lumineux
Qui n’ont pas d’équivalents sur terre

Aussi sur la même longueur d’onde
On le concevra cet enfant roi
Qui viendra changer le monde
Consoler les gens de leur désarroi

Tu es ma lumière

Dans ton âme règne le sourire
Alors je viens près de toi me nourrir
Souhaitant être éclairé par ta bonne humeur
Qui pourrait réconforter mon cœur

Tes yeux où s’abreuvent des papillons
Émettent de bienfaisants rayons
Comme autant d’indices scintillants
De ton esprit vif et sémillant

Ton corps lui dégage de la lumière
Comme enveloppé d’une auréole
Telle une mystérieuse luciole
Qui égaye silencieuse l’atmosphère

Tes lèvres surtout brillent
Qui mordent une petite brindille
Où un oiseau affable
Conte une curieuse fable

Aussi j’espère être irradié
Par ton magnétisme étrange
Dont je ferais les louanges
Dans des poèmes qui te seraient dédiés

Je serais comme contaminé
Par ta joie indicible
Alors je me sentirais invincible
Et j’irais le soleil taquiner

Car grâce à lui
Comme par magie
Magnifiquement tu reluis
Semblable à une étoile dans la nuit

La danseuse céleste

Pour elle qui danse parmi les rayons sidéraux
Émis par les étoiles mystérieuses
Je veux être un céleste héros
Aux idées lumineuses

Alors je rentre dans sa ronde féerique
Balançant au rythme de son cœur scintillant
Et j’observe son regard cosmique
Dont les reflets sont si brillants

Tandis que nos corps graciles
Ondulent de façons bien habiles
J’en apprends sur son esprit pétillant
Sur son entendement sémillant

Je me sens alors plus intelligent
Comme influencé par sa pensée magique
Et elle de danser de plus belle partageant
Son savoir avec tact et logique

À son contact j’ai l’impression d’être surhumain
Je suis persuadé d’être avec un ange
Et je n’ai plus peur du lendemain
Ô sentiment bien étrange !

C’est comme si le soleil s’était invité dans mon âme
Car dans ses yeux il y a une jolie flamme
Qui conquiert les cœurs de ceux qui la regardent
Ô la veinarde !

Aussi pour elle je veux être géant
Afin de lui rendre grâce sous le céleste océan
Elle mérite un tel hommage
Elle qui annihile toute rage

L’âme sœur

La première fois qu’on s’est vu
C’est comme si on s’était toujours connu
J’avais l’impression de te connaitre déjà par cœur
D’avoir été toujours ton âme sœur

Je n’en soufflais mot bien entendu
Mais j’en étais tout confus
D’où venait ce curieux sentiment
De se connaître depuis la nuit des temps

Alors de notre aventure ce n’était que le début
Je devinais aussitôt ton corps nu
Que j’allais immédiatement adorer
Au travers de tes vêtements colorés

Spontanément on se mit à discuter
Et je réalisais avec bonheur
Qu’on ne pourrait jamais se disputer
Que nous était interdit le malheur

Alors naturellement on s’est invité
À mutuellement constater
Comme nous étions l’un par l’autre charmé
Étant quant à moi complètement envoûté

Séduits par l’autre et sa douceur
On esquissa alors quelques caresses
Et on se fit la belle promesse
D’apaiser de l’autre les douleurs

Depuis comme par magie
On vit l’amour ensemble
Sans que d’aucun ne tremble
En parfaite harmonie

Louanges

Écrire un poème intemporel
Pour célébrer divinement celle
Qui resplendit de beauté et de bonté
Voilà la tâche que je me suis assigné

Ô merveilleuse besogne !
Que d’honorer cette femme mignonne
Dont la belle âme rayonne
Sa douceur de madone

C’est un cœur pur
Qui n’a rien d’obscur
Alors j’œuvre nuit et jour
À consacrer son lumineux amour

Il s’agit de glorifier un ange
Aussi j’espère me montrer digne
De sa joliesse étrange
De sa grâce insigne

Quel impératif charmant
Quel devoir éminent
Que d’encenser son esprit sémillant
Et son cœur scintillant

Pour elle j’ai tellement d’estime
Que je dois lui offrir mes meilleures rimes
Comme si je créais un diamant
À partir des étoiles dans le firmament

J’ai une obligation de réussite
Il s’agit d’accoucher d’une pépite
À la valeur inestimable
Tellement elle est formidable

Agréable m’est cette mission
Car j’ai pour elle une véritable passion
Aussi c’est sans effort que je loue son élégance
Dont la vue apaise les souffrances

En témoignent ces louanges enflammées
Que je dédie donc à cette divinité
Qui sait faire preuve de gentillesse
En dispensant de célestes caresses

La modeste

Comme gênée par tant de louanges
Gentiment elle rie
De mes flatteries
Qui légèrement la dérangent

Pourtant ce ne sont flagorneries
Elle est bel et bien angélique
Tellement magnifique
Que les sages en rient

Embarrassée elle rougit
De mes élégies
Qui vantent sa grâce
Doucement elle s’en agace

Troublée par mes compliments
Mes dévoués sentiments
La modestie elle rayonne
Elle n’en est que plus mignonne

Face à mes éloges enflammés
Mes élans énamourés
Elle fait preuve d’humilité
De simplicité

Elle est toute confuse
De se voir adulé
Elle qui sera ma muse
Pour l’éternité

Plaisante

Elle a de la grâce
Même quand elle fait des grimaces

Et même quand elle est triste
Elle dégage un charme
Qui désarme
Inspirant plus d’un artiste

Alors ses gestes pleins de malice
On les considère avec délice
Avec admiration on sourit
De ses gentilles singeries

On lui pardonne tout
Ces désirs même les plus fous
Ses étranges mimiques
Procurant un plaisir extatique

On est prêt à la suivre dans ses délires
Car on sait que l’on va franchement rire
De ses blagues pleines de délicatesse
Elle dispense des caresses

Alors on veut l’accompagner dans ses rêves
Que le bonheur n’ait pas de trêve
Elle est tellement plaisante
Elle qui sans cesse plaisante

Elle a de la grâce
Même quand elle fait des grimaces

La belle inconnue

Au passage de cette femme magnifique
Je ressentais comme une attraction magnétique
Et j’observais dans son sillage merveilleux
Le regard scintillant des badauds envieux

Comme s’il venait d’y avoir une éclaircie dans le ciel
S’étaient soudainement évaporés mes nuages existentiels
Et je dévisageais ébahi cette charmante inconnue
Qui ressemblait à un soleil déboulant dans la rue

J’étais tellement abasourdi par sa grâce éthérée
Que je me cognais à un arbre silencieux
Mais je trouvais cet accident délicieux
J’étais parfaitement sidéré

Et elle de poursuivre sa route fascinante
Se balançant dans une lumière parfumée
Comme dans une danse hallucinante
Dont les gens étaient les témoins enflammés

Alors je courus joyeux après elle
Avec l’idée brillante de lui demander mon chemin
Et c’est avec un effort presque surhumain
Que je m’adressais à sa personne si belle

Elle me répondit par de célestes pépiements
Tel un oiseau flirtant avec le firmament
Mais j’étais étourdi et lui redemandait avec plaisir
Où se trouvait la ruelle du radieux avenir

Comme si elle s’attendait à cette question
Elle répliqua d’un geste plein de passion
Me montrant l’extraordinaire horizon étoilé
Où je devinais des amoureux en train de s’embrasser

Alors je dus la quitter déçu et embarrassé
Réalisant que nos destins ne faisaient que se croiser
Et je me retournais une dernière fois
La regardant partir avec émoi

Ton féal

Si jamais un jour tu t’ennuies dans la vie
Si tu as l’impression de ne plus être dans la féérie
Alors pense à comme je suis gentil
Moi qui t’attends le long d’un fleuve fleuri

Là je regarde passer les pétales
Qui s’écoulent doucement vers la mer phénoménale
Où je sais que tu nages heureuse et radieuse
Parmi les vagues merveilleuses

Et je me sens langoureux
Pensant à ta beauté idéale
Faute d’être ton amoureux
Je serais ton féal

Si jamais un jour tu regrettes la façon dont tu vis
Que tu as l’impression qu’il te manque de la magie
Alors sans hésiter tourne-toi vers moi
Je saurais t’apporter un réconfort du meilleur aloi

Moi qui suis un penseur de la douceur
J’aimerais tant l’incarner auprès de ton cœur
Mais je réalise que tu as d’autres belles aspirations
Alors je reste seul à ruminer ma passion
Elle me hante ravissante

Quand on a côtoyé la grâce
On ne peut plus s’en passer hélas
On est comme accroc à la beauté
Qui nous aura ainsi stupéfié

Quand on a cheminé avec la magnificence
On ne connait plus la même existence
Notre vie est bouleversée
Par la splendeur sidérée

Alors ta joliesse je me la remémore
Qui m’apparait dans une légère brume d’or
Tu virevoltais dans le vent multicolore
Eh oui je pense souvent à toi encore

Et de me souvenir de ton charme sublime
Qui hante aujourd’hui mes rimes
Ravissante était ton âme généreuse
Qui rayonnait sa gentillesse merveilleuse

L’évocation de ton cœur admirable
Ton élégance ineffable
M’est pourtant pénible
À ta bonté je suis encore sensible

Ces scintillantes réminiscences
Cette adorable souvenance
Me rappellent trop notre amour
Dont je me souviendrai toujours

Adorable et ineffable

Sa joliesse indicible
Celui qui veut la décrire
Manque sa cible

Tous les procédés semblent éculés
Qui tentent de relater sa beauté

Alors on souhaite néanmoins avoir du génie
Pour bien dire comme elle est jolie

Mais on semble aussitôt user d’une langue banale
À vouloir dépeindre sa magnificence phénoménale

On a beau convoquer papillons, étoiles ou fleurs
On réalise qu’inénarrable est sa splendeur

Alors on se fait modeste
Face à sa présence céleste

Qu’importe votre talent
Il n’y a pas de mots pour exprimer
Comme est ineffable sa vénusté

Cheminer ensemble

On est sur la même longueur d’ondes
Dans notre façon de voir le monde
Aussi on pourrait traverser ensemble la vie
Grâce à ce même sens de la féérie

Cueillir les étoiles en train d’éclore
Pour les offrir au vent multicolore
Voilà la grande affaire
Qui pourrait nous satisfaire

On pourrait aussi demander aux papillons
Le secret de leur mystérieuse beauté
Et ils nous montreraient plein de passion
Au loin la forêt de fleurs illuminées

On partage la même philosophie
Qui est de respecter toute vie
Aussi on pourrait cheminer ensemble
Sans que d’aucun ne tremble

On incarnerait notre conception de la sagesse
Qui est de rayonner la gentillesse
Et les passants seraient émerveillés
Par notre contagieuse aménité

On a des points de vue identiques
Pour nous il s’agit avant tout d’être pacifique
Aussi on pourrait aller en harmonie
Irradier l’atmosphère de magie

On charmerait même les gens les plus aigris
Et face à notre couple enchanteur
Ils redécouvriraient avec stupeur
Comme est belle la vie

Belle parce que bienveillante

Elle est si jolie
Qu’on l’aime à la folie
Elle n’a pas besoin de porter de bijoux
Sa beauté vient d’on ne sait où

Inutiles ces ornements et ces parures
Elle est libre de chaînes et de joyaux
Et n’a pas besoin de ces dorures
Elle préfère incarner ses idéaux

Et de véhiculer véritablement la douceur
De Dieu elle a eu les faveurs
Alors de Lui rendre honneur
En dénonçant de la violence les horreurs

Naturellement mignonne
Son charme rayonne
Et seuls les aigris s’en agacent
De son indicible grâce

Elle n’a pas besoin de se farder
Ni de maquiller ses vérités
La brutalité est un fléau
En le disant elle nous déleste d’un fardeau

Elle est franche et directe
Elle n’a rien besoin de travestir
Alors sa justesse on respecte
Sa confiance l’on ne voudrait trahir

Le secret de son élégance
C’est la gentillesse
Qu’avec amour elle dispense
Soulageant les détresses

Je veux faire fleurir son sourire

Je veux faire fleurir son sourire
À cette femme qui ne connaît l’ire
Et dont le suave parfum m’enivre
Pour elle j’écris ce livre

Elle est l’incarnation de la douceur
Alors je fais résonner ma lyre
Qu’elle devienne mon âme-sœur
Loin des mauvais délires

Elle est si délicate
Si belle, si magnifique
Qu’il me faut trouver des rimes adéquates
Pour bien louer son cœur angélique

Je veux lui faire épanouir son rire
À cette femme dont la bonté m’inspire
Elle qui ignore la colère
Et à qui je dédie ces quelques vers

Elle est un parangon de gentillesse
Là réside au fond sa sagesse
Alors je lui fais part de mon désir
Dans ce poème qui dit le fait que je l’admire

Elle est tellement adorable
Sa grâce est si ineffable
Que mes strophes doivent être étincelantes
À la mesure de son âme avenante

Voilà ma noble ambition
Que celle d’encenser sa pureté
Cette merveille de la création
Qui annihile la méchanceté