Du bonheur d’ahimsa

D’en dessous l’Himalaya
Nous est parvenu ahimsa
Cette perle de la pensée indienne
Qui aux sages sert d’antienne

Respect absolu du vivant
En étant totalement non-violent
Voilà de ce concept la haute exigence
Qui sollicite votre entière bienveillance

Une parfaite générosité d’âme
Et un cœur pur sont requis
Pour qui de cette paix se réclame
Et veut la mettre à profit

Alors une certaine harmonie avec les êtres
Naît de cet état d’esprit
La bonté est le maître
Qui du calme est épris

Il s’agit d’incarner la douceur
Etre végétalien est donc évident
Il ne faut verser le sang
Ni infliger de douleurs

Grâce à ces actes véritablement altruistes
Vous dites adieu à la brutalité
Et son cortège de calamités
Vous êtes plus éclairé et moins triste

Ils vous en seront reconnaissants
Ceux que vous avez épargnés
Et vous le bonheur aurez gagné
D’avoir été juste et clément

Hommage aux Jaïns

J’aime la sagesse des Jaïns
Pacifiques et sans haine
Ahimsages

Ils vont on ne peut plus prévenants
Se souciant de la vie même invisible
Balayant devant eux pour ne pas écraser
Éteignant la lumière pour ne pas brûler
Portant parfois un masque pour ne pas avaler

Voilà des gens au cœur de la paix
Avec le souci véritable de la vie
Qui respectent donc même les insectes
Des êtres extrêmes en bonté
Perpétuellement dans l’amour
Qui cheminent dans l’humilité
En compassion en permanence
Inlassablement dans la protection
L’attention à toujours prendre soin
Constance en douceur

Coexistant en harmonie
Sans tuer et évitant d’heurter
Exemplaires sans chercher à plaire
Ils mettent en pratique une haute éthique

Une vertu à la vie entière étendue
Celle de la plus grande humanité
La paix en actes paroles et pensées

Tu ne violenteras point

Éminence de la non-violence
Commandement du bon sens
Impératif catégorique à incarner
Équanimité et responsabilité

Les Jaïns n’ont pas tergiversé avec la violence
Là est la fondamentale malfaisance
Voilà leur capitale prise de conscience
D’avoir réalisé que brutaliser
Ne mène au fond à rien de bien
Et de faire d’ahimsa la première exigence

Le mal est violence

Extirpant la mort de la morale
Abolissant les maléfices des sacrifices
Ils érigèrent ce concept essentiel
Ahimsa au centre du cercle de la main
La main qui aide, qui caresse, qui soutient

Les Jaïns ne sont pas vains
Mais hommes de cœur
De la violence les vainqueurs
Seule victoire digne d’honneur

Ils ne sont pas légions
Les membres de cette religion
Et le monde les ignore largement
Sans rendre grâce à leur grandeur
Celle de nuire le moins possible
Eux qui ne commirent le crime de guerre
Ces pionniers du pacifisme actif
De l’écologie altruiste
Du végétarisme généreux

Occultant leurs bienfaisantes prouesses
Serait-on jaloux de leur sagesse ?

Mahavira dans la belle ombre de Bouddha

Hors de la nuit

Ahimsa quintessence de la paix
L’intelligence au service du respect

Avoir de la considération pour autrui
Et ce de l’humain à l’insecte
Agir de façon correcte
Et savoir que l’on n’a pas nui

La non-violence comme une science
Qui personne ne blesse
La gentillesse telle la sagesse
Etre fidèle à son observance

Dans le droit chemin
Les être profondément placides
À la bienfaisance lucide
La douceur dans la main

La brutalité ils ont annihilé
La méchanceté ils ont détruite
Ils sont sortis de la nuit
Où la violence peut nous plonger

Ils font l’éloge de la caresse
Qui soulage des détresses
Ils sont pleins de suavité
Malgré de la vie la gravité

Ahimsa étrange luminosité
De l’amour le condensé

Le meilleur de la lumière

Hors de la nuit
Sans plus de nuisance
Pour la vie
Sans plus de violence

On est en pleine obscurité
En proie à la brutalité
Et drapé de ce voile de noirceur
On méconnaît la douceur

Dans cet endroit bien sombre
La férocité fait des ombres
Y dansent d’obscures lueurs
Synonymes de malheur

Sur le chemin d’ahimsa
On respire le bon air
C’est comme si Dieu là condensa
Le meilleur de la lumière

La bienfaisance est brillance
Croyez-en des éclairés l’expérience
La gentillesse n’est pas une faiblesse
Mais une preuve de sagesse

Ils ont connu l’illumination
Plein de respect et de compassion
La paix est leur bienveillante solution
À toutes les crispations

Faisant montre de tolérance
Ils maîtrisent les brutes ignorantes
Qu’ils guident vers des régions plus savantes
Où l’on trouve de calmes connaissances

Le prisme essentiel

Croire doux comme velours
Plutôt que dur comme fer
Être plein d’amour
Dans les deux hémisphères

La seule véritable prouesse
C’est la profonde et permanente sagesse
Qui cultive sans cesse la gentillesse
Et nous soulage de nos détresses

Émulation en douceur
Plutôt que rivalités en violence
Le doux parfum des fleurs
Plutôt que celui de la purulence

À haïr quelque chose cela doit être la haine
Ce qu’il faut sacrifier c’est la violence
Qui nous amène tellement de peines
Et nous plonge dans la nescience

Agir pacifiquement perpétuellement pour la paix
Et sagement sourire plein de respect
L’ultime bravoure
C’est d’être toujours dans l’amour

Pense la non-violence
Une divine loi
Qui suscite réjouissances
Et la non-violence viendra à toi

À la violence ne jamais rendre hommage
Mais toujours en reconnaître le dommage
Penser la douceur en permanence
Pour pouvoir agir en douceur en toute circonstance

La candeur carnivore
Qui la viande dévore
Mais n’entend pas la violence terrible du couteau
Qui tue les autres animaux

La brutalité brûle les ailes de la liberté
Et empêche les gens d’être
Ahimsa dans l’autre est le maître
Qui vient vous réconforter

Les violents au pouvoir ont tout intérêt
Que ceux qu’ils dominent soient pacifiques
Aussi il faut des non-violents dynamiques
Qui sachent inspirer le respect

La violence en pantoufle qui ordonne
Plus dangereuse que la violence brute qui exécute
Leur heure sonne
À cause d’une langue de pute

En toutes circonstances
Se demander s’il y a violence
À travers ce prisme essentiel
L’esprit saisit les choses belles

Ce qui est sain et saint c’est la sincère douceur
Le diable est brutalité et exige la résistance permanente
Alors assez de ces actions violentes
Chérissez des uns des autres les cœurs

Tout plaisir non éthique est catastrophique
Alors soyons moraux et sympathiques
Ahimsa est la non-violence la plus proche de la parfaite paix
En son règne personne ne souffre ni n’est inquiet

Sagesse est gentillesse

Souffrance et violence
Les deux maux de cette vie
Qui pourrissent l’existence
Et ce dès la naissance

Alors les sages soulagent
Par leur douceur
Délivrent de pacifiques messages
Qui viennent du cœur

Leurs actions sont généreuses
Ils sont l’incarnation de l’amour
Leurs paroles sont joyeuses
Malgré le mal alentour

À toute heure
Ils professent des caresses
Pour atténuer les détresses
Et calmer les douleurs

La brutalité nous déboussole
Mais eux ils nous consolent
Tels une âme-sœur
Grâce à leur talent de guérisseurs

Ils rayonnent la gentillesse
Leur profonde sagesse
Est de contrarier la méchanceté
Avec tact et habilité

Ils apaisent ainsi nos peines
Eradiquent les haines
Ils ne sont pas sévères
Mais savent enterrer la hache de guerre

En définitive ils nous soignent
Malgré la foire d’empoigne
Supérieure est leur bonté
Face à toute animosité

La gentillesse vaincra

Qu’est-ce que ce monde de brutes
Où il faut sans cesse être en lutte
Où la violence ne nous laisse de répit
Qui menace jusqu’à nos vies

Qu’est-ce que ce monde de fous
Qui nous impose cet éternel combat
Qui ignore ahimsa
Et son univers très doux

Assez de la brutalité
Et de son cortège de calamités
Vive la douceur
Que chacun porte en son cœur

En finir avec la férocité
Voilà le destin de l’humanité
La calme suavité
A à voir avec la vérité

La non-violence est sacrée
Ultimement elle triomphera
Son bonheur elle rayonnera
Aussi il faut entièrement s’y consacrer

La gentillesse vaincra
La barbarie elle annihilera
Ce sera le règne du sourire et de la caresse
Qui nous délivreront des abominables maladresses

Dédions-nous à l’aménité
Qui irradie la félicité
L’amour resplendira
Et tout le monde s’en réjouira

On ne rivalise avec les fleurs

Nous sommes de loin l’espèce la plus violente
Quant à la douceur
On ne rivalise avec les fleurs

Notre férocité est vraiment effrayante
Pour ce qui est du cœur
Il faudrait demander à nos souffre-douleur

Notre brutalité est consternante
Qui répand la douleur
Et propage le malheur

Nous sommes encore des brutes immatures
À tolérer encore la torture
À tuer les autres bêtes pour notre nourriture

On n’en a pas fini avec la barbarie
Qui témoigne de notre folie
Et d’un manque cruel de féérie

Nous sommes de vrais vandales
Nos atrocités sont un scandale
Synonymes de calamités

Notre incommensurable méchanceté
Qui verse dans l’horreur
Est une monstrueuse erreur

Ah que n’encense-t-on la gentillesse
Au lieu de la considérer comme une faiblesse
Ce serait tout à notre honneur

Ahimsa devrait être notre suprême vertu
Qui empêcherait que l’on tue
Et qui estimerait la commisération

Mais au lieu de la compassion
Il y a pour autrui ce manque de considération
Il y a ces funestes exploitations

Résistance permanente

Les résistances changent avec le temps
L’ennemi n’est plus le même
Le combat reste donc présent
L’on doit persister à dire « je t’aime »

La violence revêt de multiples visages
Il faut alors lui faire barrage
Elle exige en permanence le courage
Pour de la paix connaître le paysage

Oui le mal a différentes facettes
Et ne disparaîtra pas d’un coup de baguette
Il faut alors lutter sur tous les fronts
Car il est de la sagesse l’affront

Il faut faire preuve de constance
Pour faire valoir son existence
Et en assurer la bienveillante défense
La brutalité sait faire dans la persistance

Il faut lui montrer une ferme opposition
Et ne pas faire dans la honteuse collaboration
Il s’agit de ne pas faire montre de soumission
Ni de s’abandonner à la capitulation

Faire face à ses responsabilités
Et ne pas fuir l’affreuse réalité
Exigent un engagement de tous les instants
De la bonté il faut être le manifestant

Car l’adversaire sait se métamorphoser
Alors contre lui il faut oser
Batailler de façon coriace
Et faire montre d’une sacrée audace

Contre ces maux synonymes de calamité
Il faut s’avoir s’opposer
Sinon c’est la désolation
Le bonheur en perdition

Non-violence

La nature est magnifique
Pour qui sait bien voir et percevoir
D’évidence un don de Dieu
Et certains hommes sont maléfiques
Qui sont donc odieux
À commettre de fières atrocités
Avec autant de férocité
Au lieu d’abolir violence et indigence
Ici et maintenant

Les furieuses guerres de se perpétuer
Des hommes vaillants y vont s’entretuer
Envoyés là par de maléfiques autorités
Qui perpétuent la politique de la brutalité
Tolérant du même coup la pauvreté
Dans leurs costumes bien taillés
Grave erreur aigüe

Dans leur immense inclémence
Leur manquement inique à la douceur
Leur sens perverti de l’honneur
Va de pair avec les pires horreurs

À l’ombre de la bombe
Les dérives de leurs rivalités
Les antagonismes des orgueils
Les haines et la vanité
D’engendrer ces torrents de rage
Et ces trop humaines cages
Où l’on impose mille maltraitances
Au lieu de remédier à la souffrance
Et s’efforcer de guérir les plaies
De choisir héroïquement la paix

De tolérer pour lui-même la peine de mort
Il faut voir comme il traite les autres animaux
Sans le moindre égard pour leur sort
Qui doivent aussi souffrir de ses maux

Pour eux il n’y a pratiquement que du mépris
Leurs vies sous emprise n’ont pas de prix
Ils sont traités comme des êtres sans âme
Et leurs existences relèvent du drame
De devoir endurer la barbarie
Dans les sanglants abattoirs
Ou les ignobles laboratoires
Et beaucoup d’autres lieux sacrificatoires

La terre pourrait être une sorte de paradis
Où animaux et humains pourraient vivre en harmonie
Ce n’est pas du tout une utopie
Ceux qui clament haut et fort le contraire
Invoquant l’histoire et la raison
Ont un intérêt occulte et malsain
Et ce sont ceux-là mêmes qui imposent leur bassesse
Manquant terriblement de sagesse

On ne sera jamais assez extrême en paix, amour et bonté
En actes, paroles et pensées

Un autre monde est possible

Un autre monde est possible
Si l’on se fait tous sensibles
Si l’on incarne nos idéaux
En cessant d’être brutaux

Il s’agit d’agir de façon désintéressée
Sans tolérer de défaillance
De personnifier la bonté
Sans attendre de récompenses

Ce n’est pas minime
Que d’être magnanime
Sont requises la générosité
Et une certaine charité

Il ne faut voir son seul profit
Mais faire preuve de philanthropie
En considérant aussi son prochain
En partageant son pain

Il faut donc abolir les privilèges
Être vraiment altruiste
Il y en a qui s’accrocheront à leur siège
Les affreux égoïstes

Oui cesser d’accorder d’indus avantages
Ou des salaires mirobolants
Grâce à un équitable partage
Qui fera forcément des mécontents

Porter à l’autre assistance
En faisant œuvre de bienfaisance
Et combattre les violents
Qui vous trouveront trop bénévolents

L’avenir est à la douceur

L’avenir est à la douceur
Tu m’as fait cette belle promesse
Ô Muse charmeresse
Et la non-violence sera en fleur

Le futur sera tendresse
Et la joie remplira nos existences
Tu m’en as fait la confidence
Ô divinité enchanteresse

Ahimsa sera en pleine grâce
Les humains seront sagaces
À vivre subtilement épanouis
Avec la nature en harmonie

Les animaux n’auront plus à trembler
À nous entendre approcher
Personne ne sera stressé
La brutalité aura cessé

La cruauté des hommes sera ôtée
Par un Dieu magnanime
Et tout le monde sera unanime
Pour enterrer la férocité

Ce sera le règne de la bienveillance
Synonyme d’excellence
La paix embellira les âmes
Il n’y aura plus de drame

Mais pour mettre fin à la barbarie
Pour que chacun de bon cœur rit
Pour qu’arrive ce temps sacré
Il faut se consacrer entièrement à l’aménité

Avec notre meilleure volonté
Il faut se dédier à la suprême amabilité
Faire montre d’exemplarité
En faisant taire notre bestialité

La paix c’est le bonheur

Le verbe dans une main
Le vocabulaire dans l’autre
Il sculpte son lendemain
En attendant de futurs apôtres

Exigeant la non-violence
Il y consacre ses stances
Avec insistance et pour toujours
Ahimsa et amour

Ne pas violenter
Semble une évidence
Pour le sage c’est la félicité
Qui permet que l’on danse

Jolie vérité
La douceur nous perpétue
Loin de ceux qui tuent
Et de leur funeste brutalité

Beauté et bonté
Voilà ce qu’il faut cultiver
Comme on soigne les fleurs
Avec délicatesse et bonne humeur

La paix c’est le bonheur
C’est une divine Loi
Aussi il n’y a pas d’heure
Pour en éprouver la joie

Munis de ce précepte
Qu’il faut enseigner calmement
Ses heureux adeptes
Connaîtront le contentement

Ahimsa

Ahimsa dans la pensée émergea
Et la philosophie bouleversa

Ahimsa est le suprême amour de la sagesse
Ahimsa est la raison proposant caresse

Ahimsa est la lumière de ne pas nuire
Sinon on a la nuit et l’ire

Puissance de la résistance à la nuisance
En permanence et avec endurance

Ahimsa est la non-violence absolue
Qui va de l’insecte jusqu’au plus grand hurluberlu

Agir pacifiquement perpétuellement pour la paix
Dans la plus grande tolérance et le respect

Ahimsa est l’éminence de la douceur
Ahimsa est l’excellence du cœur
Ahimsa annihile la brutalité
Enfouit la férocité

Ahimsa est un bouclier de pétales de fleurs
Est conquis celui qui l’effleure

Ahimsa est une étoile qui scintille en chacun
La dévoiler doit faire partie de notre destin

Ahimsa est sapience
Pour l’éclairé une évidence

Lorsqu’émergea ahimsa

Tout commença
Lorsqu’émergea ahimsa

Les hommes se mirent à réfléchir
À comment ne pas nuire
Et vite ils comprirent
Qu’il fallait s’abstenir
Du pire
D’occire

Il fallait faire cesser les calamités
Mettre un terme à la brutalité
Ne pas violenter
Ni tuer
Alors il fallut compenser
Par l’esprit et la pensée

Et de recourir à la douceur
Et d’écouter leur cœur
Ce qu’ils avaient de meilleur
Pour conjurer le malheur
Et assécher les pleurs

Tentant d’être sages
Ils abolirent la rage
Ouvrirent les cages

Ils détruisirent les abattoirs
Et autres lieux de tueries notoires
Tels les funestes laboratoires

Plein d’amour
Ils portaient secours

De Dieu entrevoyant l’existence
Ils faisaient preuve de sapience
Ils avaient honte de la violence
Qui est la nuisance
Et étaient donc rentrés en résistance
Sans esprit de vengeance

Alors ils connurent l’allégresse
D’agir avec justice et justesse
Sans plus de détresse
Ni faiblesse
Commença le règne de la caresse

Le mal est violence

Le mal est violence
Voilà le péché
Voilà la calamité
Synonyme de démence

Tout le reste est secondaire
Il n’y a pas de mystère

La brutalité
Au lieu de la douceur
Voilà l’erreur
La faute majeure
Ne chercher pas midi à quatorze heures

La cruauté
Est le pire des maux
Alors pitoyables sont les animaux
Et les hommes torturés

Devant ces terribles afflictions
Qui n’a donc de compassion
Si ce ne sont les sans-cœur
Qui aiment vous faire connaître la douleur

Hélas nombreux sont les suppliciés
Qui souffrent de la grande boucherie
Que constitue notre barbarie
L’homme est par la nature disgracié

La bonté est gentillesse
Alors au lieu de propager la détresse
Il devrait dispenser des caresses

Oui il faut cultiver la suavité
Avoir envers tous les êtres de l’amabilité

Les êtres placides

Paix à votre âme dans cette vie
Et pas uniquement dans l’au-delà
Puissiez-vous connaître ici-bas
Le bonheur d’ahimsa
Et réaliser dans le calme vos envies

Il ne s’agit pas d’être immobile et mort
Mais d’être tranquille et fort
Heureux les êtres placides
Dont la douceur est lucide

Ils ont cette grave connaissance
Que la douleur de la violence
Chancit l’existence
Et est synonyme de souffrances

Ils sont clairvoyants
Savent que la brutalité est aveuglante
Et que la démarche non-violente
Rend puissant

Il ne s’agit pas de bomber le buste
Mais d’être réellement robuste
En étant profondément bienveillant
Alors on est vraiment avenant

La gentillesse n’est pas une faiblesse
Elle soulage nos détresses
Et une grande aménité
Guérit des calamités

C’est vers Dieu un doux passage
Que cette manière d’être sage
Et celui qui a ahimsa dans l’âme
Ne connaîtra un sort infâme

Grâce à ahimsa

Amour pour toujours
Grâce à ahimsa
À méditer chaque jour

La considération pour plus petit que soi
Comme acte de foi
La divine non-violence
Comme meilleure des croyances

La gentillesse perpétuelle
Plus grand des trésors
Plus précieux que l’or

Respecter même l’insecte
Vous apportera de l’allégresse
Des perles de sagesse

Célébrer les autres animaux
Vous apportera de la joie
La paix avec autrui

Conséquence de votre suavité
Une douce sérénité
À continuellement perpétuer

Vous avez aimé ces extraits?

Commandez le livre!