Aube

C’est l’heure de ton réveil
D’émerger de ton sommeil

La rosée doucement s’évapore
Vient le calme aurore
Lentement les fleurs d’éclore

Il est temps de saluer le soleil
De dire bonjour aux arbres et aux abeilles

Au chant retentissant du coq
Tu ouvres grand tes yeux et tes oreilles
Sortant de ton silencieux soliloque

Les arbres alors te parlent du vent
Et tu te lèves à leurs bruissements

Joignant ta parole aux pépiements
Tu lèves les bras au firmament
Et à l’unisson tu t’écries :

Le soleil sent bon
L’odeur des fleurs
Ses rayons sont un don
Qui effleurent

 

Aérien

Les oiseaux chantent le soleil
À nos oreilles des sons enchanteurs
Comme un hymne au bleu du ciel
À la présence sensible du Créateur

Et ces ondes mélodieuses
Répondent à ces autres lumineuses
Une joyeuse cérémonie
Célébrant la somptueuse harmonie

Ô sphère supérieure !

Les arbres tendus vers l’astre du jour
Témoignent majestueusement de ce céleste amour
Abritant ces nids ronds et légers
Cercles protecteurs du précieux foyer

Et l’étrange hommage musical
Issu de ce sanctuaire végétal
Rend honneur à l’éclosion sacrée
Que ces anges se plaisent à glorifier

 

Art et astres

Poète des étoiles
Dépeint sur sa toile
De mots scintillants
Les sphères lumineuses du firmament

Poète des étoiles
De sa bulle merveilleuse
Chante les belles nébuleuses
Les gracieuses galaxies

Prodigieuse concentration

Poète du soleil
Cultive sous l’orange sphère
D’étranges jardins aurifères
Où germent des graines de lumière

Poète du soleil
Sème l’espace céleste
Se nourrit du ciel
Fleurit le silence

 

Sagesse

Soleil
Caresse
Félicité
Fleurs et fruits

Soleil
Écrase
Désastre
Soif et solitude

Soleil
Absent
Lune noire
Cernée d’étoiles

 

Corps céleste

Au sein de leur globe ivoire
Deux cercles de couleur
Aux centres ronds d’or noir
Donnent le délice de voir

Œil lié au ciel
Iris sidéral
Origine cosmique
Aréole astrale
Ombilic essentiel

Sur les seins aux saintes rondeurs
Deux cercles de douceur
Enceintes de la source d’or blanc
Offrent le bonheur de jouir

 

Dyeux du ciel

Étoile du monde
Rose céleste
Or de l’horizon
Soleil sanguin

Œuf de feu
Cœur de lumière
Cercle sacré
Ombilic cosmique

Rond divin
Œil sidéral
Source d’ondes
Enceinte radieuse

 

Lu dans la lumière

Lu en la lumière
Nous sommes papillons
Qui retourneront à poussière

Tels ces lépidoptères
Nous vivons et virevoltons
De façon éphémère

De cœurs en cœurs
De fleurs en fleurs
Le parcours est temporaire

Nous passons et sommes passage
Et nos vies sont précaires
Entre terre et atmosphère

Le merveilleux soleil
Qui nous réveille
Accompagne notre métamorphose

La Nature l’impose
Nous allons de roses en roses
De façon transitoire

Quelle que soit la destinée
L’aventure est momentanée
Notre vie est provisoire

 

oo

Œil et œuf
Amande ovale
Enceinte sacrée
Enveloppe du divin

Océan opalin
Espace lacté
Englobe l’orbe
Rond brillant

Ombilic d’or
Cercle transcendant
Essentielle sphère
Éon obvie

 

Fluide lumière

En l’océan céleste
Brillent des perles
Et des vagues invisibles déferlent
Dont ces merveilleuses sphères se délestent

Et de la profondeur cosmique
Berceau de forces astronomiques
Émerge le joyau de nos rivages
Noyau de nos vies et de nos paysages

Parangon de la rotondité universelle
Illumination du cycle du cercle
Soleil puissant dans l’écume du ciel
Rayonne ses précieux flots originels

Sphère de vie

Elle a les oreilles en croissant de lune
Les lobes ornés d’une perle
Et des boucles irisées couronnent son beau visage ové

Ses yeux brillent d’une étrange lueur dorée
Lui donnant un air solaire et radieux
Sa tête comme nimbée d’un halo mystérieux

Sa bouche sinueuse murmure doucement une berceuse

Son cou fin et serpentin
Se courbe tendrement vers son ventre rond merveilleux
Qu’elle enveloppe de ses mains aux lunules resplendissantes

Une sphère de vie dans l’arc protecteur de ses bras
Son corps gracieux balance légèrement dans la lumière astrale
Qui caresse ses douces aréoles sacrées

Elle incarne la gloire étincelante du cercle créateur

Son chant fondamental est parfumé de miel et de fleurs

Œil Sphère Soleil

Le cercle parfait de vos yeux
J’en suis tombé un jour amoureux
Frappé par ce rond lumineux
Pareil à celui qui illumine les cieux

L’iris à la forme sidérale
Est tout à fait phénoménale
Qui abrite la divine pupille
Nous permettant de voir ce qui brille

Perché sur le globe oculaire
Ce rond de couleur
A besoin de douceur
Protégé par la paupière

Cette magnifique courbe orbiculaire
Se trouve donc sur une sphère
Lieu de perception de la lumière
Qui nous provient du soleil dans les airs

Une veille de solstice

Le printemps atteint sa quintessence
Et de tirer majestueusement sa révérence
Dans une céleste et merveilleuse danse

Le ciel de faire une magnifique fête
De par sa lumière féérique et parfaite
Dans son euphorie ensoleillée

Là un arc-en-ciel en demi-cercle
Ailleurs des lueurs coquelicots illuminés
Le tout dans une harmonie éclairée

Brillamment les oiseaux se taisent
Comme impressionnés par cette voute de braise
Charmés par l’écharpe d’Iris

Sous le firmament ainsi admirablement coloré
Dans la forêt enchantée verte de la pluie passée
On est ébloui par ce spectacle pacifique et sacré

Les animaux de parcourir tranquillement leur royaume
Et les humains d’ouvrir grand leurs paumes
Des gouttes de miel semblant tomber du ciel

Demain c’est l’été qui s’est fait tant souhaité
Alors cette célébration irisée et incandescente
Éthérée et resplendissante

Célébration de l’aurore

Alors que l’aurore embrase le firmament
Le soleil embrassant tout l’horizon
De ses bienfaisants rayons
On entend de doux pépiements

Au sein du ciel plein d’incandescence
Règne une suave effervescence
Les uns entamant une céleste danse
Les autres célébrant la flamboyance

Par des chants tout à fait inspirés
Est encensé la voute illuminée
On va pouvoir se réchauffer à la lumière
De l’astre qui éclaire divinement les airs

Et chacun de s’enflammer
Les oisillons surtout d’acclamer
La venue de l’étoile adorée
Les lueurs de la sphère dorée

Alors les fleurs d’épanouir leur douceur
Avec grâce et majestueuse lenteur
Leurs pétales dévoilant avec splendeur
Leurs superbes et incroyables couleurs

Le poète aussi y va de sa célébration
Écrivant de petits poèmes d’amour
À la gloire de l’astre du jour
Qu’il a pour brûlante passion

Du croissant lunaire

Se poser sur de chaudes dunes
Et admirer le croissant de lune
Cette belle courbe opaline
Qui le ciel illumine

On dirait une défense d’éléphant
Qui danse dans le firmament
Reflétant sa lumière ivoirine
À la beauté surréelle mais génuine

Cette corne cosmique
A en effet des aspects féériques
Ses couleurs lactescentes
Étant tout à fait ravissantes

Peut-être est-ce aussi le divin sourcil
D’un œil invisible et subtil
Qui hanterait l’atmosphère
Contemplant les habitants de la terre

À moins que ce soit l’expression modeste
Du sacré sourire céleste
Dont la pure douceur
Serait incarnée par cette blancheur

Ce semblant d’arc est bien étrange
Entouré de scintillantes étoiles
Alors les poètes en font la suave louange
Sur leurs plus précieuses toiles

Le lac vert

Le lac vert étincelant
Reflète les merveilles du firmament
Comme si une pluie d’or tombait finement
Portée là par un doux vent

Les oiseaux aux plumages scintillants
Nagent joyeusement
Ils observent mes mains
Qui leur jettent gentiment du pain

Les pigeons sont aussi à la fête
Qui picorent quelques miettes
Ils hochent bravement la tête
Ils aiment les morceaux de baguette !

Le soleil a déployé ses tendres rayons
Virevoltent des papillons
Les libellules pullulent
Des tortues copulent

Le héron fait bande à part
Tandis que les foulques et autres canards
Batifolent bruyamment
Dans ces eaux au vert chatoyant

Les oies qui se déhanchent
Font sourire les promeneurs du dimanche
Moi je médite tranquillement
Sur la nature et le néant

Dents-de-lion

Un pissenlit céleste
Rayonne au sein de l’herbe
Et ses mille et une pâquerettes
Tel un soleil parmi les étoiles

Son capitule si jaune
Aux douces bractées dorées
Balance dans l’air
Illumine l’espace vert

Alors sa prodigieuse métamorphose
La fleur devient délicate aigrette
Se transforme en superbe sphère
À l’image des globes stellaires

Ses akènes flotteront en l’atmosphère
Les graines ultralégères
S’éparpillant au gré du vent
Comme neige de printemps

Rose plume

Un oiseau se pose
Doucement dépose
Une petite rose
Tout juste éclose

Merci à ce merle

Elle sent bon le soleil
Et ce poète s’en émerveille
Qui loue ce don venu du ciel

Il en compulse les pétales
Et examine ce qui s’en exhale
Un parfum sobre qui enivre
Et donne la joie de vivre

Elle vibre de douceur
Comme ses colorées consœurs
Et ravit ce penseur
Invitant à des caresses
Par ses délicatesses
Aux couleurs d’aurores
Et couchants multicolores

Sa grâce céleste
Est sans conteste
Et cette fleur divine
En sa grande sagesse
Défend sa beauté par des épines
La protégeant de la maladresse

Beaucoup la coupent
Alors c’est une fleur qui se mérite
Seul l’impatient s’en irrite
Qui voudrait la cueillir
Sans considération

Le nid

Trouver un arbre majestueux
Digne d’abriter ses œufs
Voilà une noble tâche pour l’oiselle
Qui s’en acquitte avec zèle

Il s’agit d’explorer les cimes
Afin de découvrir un endroit sublime
D’où l’on peut voir alentour tranquillement
N’ayant à craindre que les coups de vent

Aussi il faut examiner le tronc
Avec la minutie d’un bucheron
Sera-t-il assez solide
Pour résister aux bourrasques peu timides

Idem pour les branches
Qui doivent aux rafales tenir tête
Il ne s’agit pas qu’elles flanchent
À la moindre tempête

Oui l’épaisse ramure
Doit être un lieu sûr
De surcroit un endroit confortable
À l’abri des événements ingérables

Alors comme en cachette
Elle pourra construire son nid
À l’aide de douces branchettes
Plus tard on y entendra ses oisillons qui pépient

Et cette petite maison circulaire
Perchée là-haut dans les airs
Loin des dangereux prédateurs
Sera un lieu synonyme de bonheur

Nuages auroraux

Nuages merveilleux évanescents
Décorent le ciel incandescent
La lumière arborant ses teintes sacrées
Et eux de s’évanouir dans une danse nacrée

Les rayons du soleil en effet déferlent
Percent de l’horizon le féérique voile
Qui occulte encore quelques étoiles
Découvrant un magnifique champ de perles

La nébulosité opaline
Pleine d’eau cristalline
Donnera une douce pluie irisée
Qui fera les oiseaux jaser

Restera de beaux filaments moirés
Quelques cirrus immaculés
Formant un espace tout cotonneux
Flottant somptueusement dans les cieux

On aurait envie de les boire ces nuages lactescents
Qui dans leur formidable bal céleste
De leur précieux liquide se délestent
Et alors de disparaître splendidement

Le canard joyeux

Alors que je pense tranquillement à mon art
Atterrit habilement au milieu des nénuphars
Un jeune et joyeux canard

À l’idée de courtiser sa belle
Il se lisse soigneusement les ailes
Remuant frénétiquement la queue

Son plumage scintille au soleil
Qui brille dans le ciel vermeil
Réchauffant le calme lac vert étincelant

Et de nager paisiblement dans les flots
Pensant à la canne tant convoitée
Et dire qu’il y a peu il était encore canardeau !

Satisfait et content
Il se décide à voler splendidement
Vers cette berge propice aux ébats amoureux

Là il hoche fièrement sa tête toute bleue
Flattant sous le firmament merveilleux
Sa dulcinée aux yeux tendrement interrogateurs

Et de lui lancer des fleurs
Et de louanger sa douceur
Espérant ravir son cœur

Soudain je l’entends elle aussi qui passionnément caquette
Alors je comprends qu’il est parvenu à ses fins
Qu’il a fait d’elle sa jolie conquête

Le temps des glycines

Doux à mes petites narines
Le temps des glycines

Les fragrances s’envolent aux couleurs iris
Tandis que la Nature se fait triomphatrice

Les lilas aussi dansent pendant ce bal
De la peinture printanière phénoménale
Et les parfums violets de vous enivrer
Qui avec légèreté se posent sur votre nez

Le soleil aimable de mai
De son art est au sommet,

Source de cette douceur mauve pastel
Qui semble refléter le paisible ciel.
La Muse se fait alors tendrement lyrique
Qui assiste à l’éclosion de ces teintes cosmiques

Et le poète se promène avec un bouquet de pensées
Qui ces effluves et essences ira encenser
Dans un poème pourpre pâle
Louant cette saison fondamentale

Douce eau

Noires nuées célestes
De leurs sombres larmes se délestent

Alors les oiseaux d’ouvrir grand leur bec
Et les arbres de puiser l’eau divine
À l’aide de leurs merveilleuses racines
Dans le sol autrefois sec

La sève doucement circule
Et remonte de précieuses molécules
Vers les branches tendues
Au soleil suspendues

Toute la Nature s’abreuve
De la pluie miraculeuse
Qui ira aussi alimenter le fleuve
Qui serpente vers la mer prodigieuse

Les discrets poissons
Sont comblés par cette boisson
Ils nagent ivres dans les flots bleus
Au dessus des fonds sableux

Et les hommes ne sont pas en reste
À boire ce liquide céleste
Nécessaire au vivant
Et qui compose leur sang

Essentielle l’eau
Tel un miel
Venue du ciel
Fluide joyau

Féérie printanière

Féérie printanière
Les animaux sortent de leur tanière
Les arbres dansent hors de l’hiver sévère
Et les oiseaux chantent vert

Les fleurs roucoulent
Les abeilles de nectar se saoulent
Tous les insectes sont à la fête
Qui inspirent les poètes

Le soleil se fait artiste
Et le ciel moins triste
Les nuées se délestent
De leurs peintures célestes

Les couleurs gazouillent
Les pétales nous chatouillent
Partout ça grouille
Des enfants gribouillent

Le vent fredonne l’été à venir
Et caresse l’herbe en train d’embellir
Les plantes se parlent d’amour
Et vantent la lumière du jour

Les femmes dénudent leur douceur
Les hommes découvrent leur cœur
Toute la nature se dévêtit
De son long manteau de nuit

Les magnifiques étoiles
Tendrement se dévoilent
On entend alors le rire des galaxies
Qui louent de Dieu la suprématie

Le vieil arbre

Cet arbre aux grandes mains vertes
A les branches de mousses recouvertes
Et au pied de son vénérable tronc
L’on trouve de vénéneux champignons

Au sein de son léger bruissement
On entend une sorte de gémissement
Une longue et triste plainte
Sa puissance par la sénescence est atteinte

Il se fait frileux et vieux
Son tronc commence à sonner creux
Son bois est rongé par les parasites
Le lierre a trouvé là un agréable gîte

Il est alors à bout de force
Commence à perdre sa merveilleuse écorce
Le gui effrontément se niche dans sa ramure
Il pleure ses feuilles dans un murmure

Sa sève aussi de s’écouler
Ses rêves douloureux de suinter
Il est par Dieu éreinté
À tout moment il pourrait s’écrouler

Aussi il craint les orages
Le ciel obscur fait trembler son feuillage
Il a peur de la foudre
Qui pourrait sa majesté dissoudre

Alors même si son humeur est très sombre
Par son passé imposant il est hanté
Il aime encore écouter les oiseaux chanter
Et les humains parler qui apprécient son ombre

La femme céleste

Ses yeux joyeux sont semblables à des joyaux
Alors je m’abreuve à son joli regard lumineux
Qui reflètent quelques rayons sidéraux

Avec habilité elle se maquille
Alors ses paupières irisées scintillent
Ces cils comme des pétales de lumière

Sa bouche ressemble à un arc-en-ciel
Qui murmure des secrets essentiels
Ses chaudes lèvres reluisant de douceur

Ses paroles sont pleines de suavité
Elle fait preuve d’humilité
Elle qui connait des mystères stellaires

Elle est instruite des choses célestes
Est donc tout à fait modeste
Et de tutoyer les merveilleux oiseaux

Son sage visage cosmique
Parsemé d’étoiles féeriques
Ressemble à l’orbite d’un astre sacré

Ainsi elle illumine tout l’espace
De par sa formidable grâce
Par elle je suis irrésistiblement attiré

Le divin temple

En pleine méditation je contemple
Cette forêt riche et foisonnante
De la nature le divin temple
Où par milliers des oiseaux chantent

Une gracieuse symphonie animale
Émane de ce sanctuaire végétal
Ça pépie bourdonne et murmure
Au sein des épaisses ramures

De la vie sauvage la sacrée maison
Ce bocage à l’heureuse frondaison
Abrite des fleurs occupées à festoyer
Et des animaux en train de se tutoyer

Au milieu un arbre phénoménal
Plus beau qu’une cathédrale
S’élève vieux vers les cieux
Son large tronc trônant majestueux

L’on vient là fervent se réunir
Baigné d’une verte lumière
On y entend le cours d’eau frémir
Qui attire les bêtes hors de leur tanière

Souvent dans une atmosphère magique
S’élève une sorte de cantique
Qu’écoute l’arbre fantastique
Entouré de ses compagnons féériques

Faisant ainsi preuve de zèle
Les oiseaux battent des ailes
Comme s’ils étaient en train d’applaudir
Celui vers lequel il faut grandir

Méditation

Alors que je suis en pleine méditation
Avec la nature en communion
J’ai soudain une inspiration
Le fruit d’une inconsciente réflexion

En effet me viennent en fantaisie
Quelques vers bien choisis
Qui participeront de ma poésie
Par la beauté de la Création je suis saisi

Alors calmement je contemple
Loin de la sombre ville
Le paysage tranquille
Le divin temple

Quelle suave magnificence
Lorsque règne la non-violence
Mais quelle laideur terrifiante
Quand celle-ci est absente

Pour Dieu j’ai le plus grand respect
Et lorsque le monde va en paix
Je trouve son ouvrage parfait
Mais la brutalité grandement me déplait

Et alors de m’interroger
Cet immense défaut inconcevable
Est-ce l’œuvre du diable
Qu’il s’agirait de déloger

Il faudrait sans cesse batailler
Pour la beauté et la bonté
Dans une lutte phénoménale
Contre le mal

Le passage rouge

C’est l’aurore
Bébé aux boucles d’or
Émerge du ventre rond merveilleux
Par un passage rouge
Dans une lumière sanguine
Alors ses yeux aux iris sidéraux
Repèrent immédiatement l’aréole astrale
D’où il boit goulument le lait lunaire

Et de grandir avec son auréole solaire

Puis advient le crépuscule
Et ses nuages rutilants
Le vieil homme au corps recourbé
Aux douleurs pléthoriques
Cerné par ses lunules fanées
Les cheveux scintillant tels des étoiles
Les yeux profondément cernés
Va-t-il retrouver un passage rouge ?

Le paysage pacifique

Les belles abeilles butinent
Les doux oiseaux trottinent
Le soleil l’horizon illumine
Et moi tranquillement je chemine

Comme la nature est belle !
Les arbres me parlent du ciel
À vrai dire des choses essentielles
J’entends quelques battements d’ailes

Je traverse alors une prairie
Où toutes les fleurs rient
Où même l’herbe sourit
Dans une atmosphère de féérie

Grâce aux mille et une senteurs
Et les innombrables couleurs
Tout respire la douceur
Apaise les douleurs

Au loin les souffrances !
Ici règne la non-violence
Alors je savoure l’existence
Et d’entamer une danse

La vie j’ai en appréciation
Quelle merveille que la création
Lorsque pacifique est la circulation
Et de penser à la céleste radiation

Le rayonnement cosmique
Est véritablement magique
Qui provient des astres fantastiques
Engendrant des moments extatiques

Et je suis bien là pensif
À l’ombre d’un arbre massif
Oui tout est vraiment jouissif
Lorsque rien ne se fait agressif

Et de vouloir dispenser de spirituelles caresses
À tous les êtres qui devant moi paraissent
Que cet instant parfait ne cesse
Et de rêver de voir alors une déesse

L’automne au cimetière

Les feuilles lentement tombent
Le soleil est sombre
Et le ciel plein d’ombres
Qui règne au-dessus des tombes

Les arbres dans leur solitude
Tristement se dénudent
Ensevelissant ces vieilles pierres
Tandis qu’un homme dit une prière

Il n’est pas fier
À parcourir ce sinistre cimetière
Repensant aux joies d’hier
En compagnie de père et mère

Silencieusement il se recueille
Parmi ses morts là enfouis
Même les oiseaux se sont enfuis
De ce lieu plein de cercueils

Au cœur il a mal
Lentement tombent les feuilles
Les arbres aussi semblent en deuil
Qui se balancent dans l’air glacial

Ses pensées sont douloureuses
Alors il s’agenouille sur la terre noire

Où quelques fleurs ténébreuses
Ne parviennent à divertir son désespoir

En proie à ses idées accablées
C’est à peine s’il entend le curé
Lui murmurer des paroles réconfortantes
De sa voix douce et apaisante

Respecter la vie

Il écrit des poèmes
Patiemment tisse son diadème
Qu’il parsème de quelques perles

Et d’écouter le chant du merle
Qui lui inspire des merveilles
À honorer le divin soleil

Comme la terre recèle quelques gemmes
Il concentre ce qu’il aime
Dans des poésies qu’il espère jolies

Aux antipodes de la folie
Il embellit sa solitude
Jusqu’à ressentir de la plénitude

Et de tenter de définir son idéal
Dans un formidable dédale
Où l’on trouve quelques bijoux

Ces joyaux viennent d’on ne sait où
Mais hypnotisé par leur mystère
Il œuvre ciselant d’énigmatiques pierres

Néanmoins il ne faut pas se méprendre
Ses textes ne visent qu’à faire entendre
Son respect de la vie

Et de faire rayonner son humble avis
Pour le vivant il faut avoir de la considération
Qui a besoin de notre protection

 

Vous avez aimé ces extraits?

Commander le livre!